Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Le diagnostic de l’existant du document stratégique de la façade Sud-Atlantique.
Signalisation maritime
 

Nos métiers phares et balises

A l’occasion d’un accident sur une bouée, découvrons les personnels des phares et balises qui interviennent avec leurs métiers si particuliers.

Une bouée est abimée par le passage d’un bateau à gros tonnage : la partie passive (le corps de la bouée) est déformée et la partie active (l’électronique lumineuse) est endommagée. Un usager informe la subdivision locale des phares et balises.

C’est un technicien qui va prendre l’appel. C’est lui qui assure l’entretien électro-mécanique des Établissements de Signalisation Maritime (ESM), que ce soit des phares ou des bouées. Dans le cas présent il va émettre un avis à la navigation qui avertira l’ensemble des usagers que la bouée est défectueuse. Une fois cette précaution prise, il va aller évaluer les besoins en interventions sur site.
Il mobilise les moyens nautiques de l’armement des phares et balises et va avec les marins vérifier l’état de la bouée. Si les réparations peuvent être faites sur place alors l’avis sera levé suite à la réparation. Mais dans notre cas le choc a sérieusement enfoncé la structure de la bouée. Il va donc falloir ramener la bouée à la subdivision.

Afin de réduire son temps d’indisponibilité, la bouée est stockée sur le site de la subdivision. Ainsi la bouée endommagée a tout le temps d’être réparée sans remettre en cause le dispositif de sécurité maritime trop longtemps : immédiatement une autre bouée en attente a été repeinte au même code couleur et remise sur site à l’identique.

La bouée endommagée va être séparée en deux : la partie active au laboratoire du centre d’exploitation et d’intervention (CEI) pour être réparée ; la partie passive aux ateliers de la subdivision.

Le laboratoire du CEI est composé de techniciens et d’ouvriers parc et atelier spécialisés dans l’électro-mécanique. C’est dans cette unité que les réparations se font et que les essais sont conduits afin d’améliorer toujours davantage les technologies utilisées. Cela va du simple remplacement de pièces à la mise à niveau technologique d’une partie active ancienne.

Ici notre partie active était à niveau mais le choc a brisé le panneau solaire et la connectique jusqu’au feu. Les techniciens ont du boulot !!!

Dans les ateliers , les chaudronniers vont s’affairer pour redonner à notre ancienne bouée en acier sa forme initiale. Pour cela ils vont rentrer la bouée dans leur atelier et procéder à la réparation par chalumeau et au redressage de la forme.
Une fois que la forme est prête, la surface de la bouée va être préparée pour la suite : les sableurs vont la mettre dans une pièce étanche et ventilée et lui projeter des quantités importantes de sable à grande vitesse pour permettre à la peinture d’adhérer.

Les peintres spécialisés vont passer une première couche de peinture neutre afin de lui donner une étanchéité au vieillissement lors de son stockage sur l’aire d’attente. Dans un deuxième temps ils appliqueront une deuxième couche de couleur correspondant aux besoins du moment.

Maintenant notre bouée est prête à être à nouveau ré-assemblée (partie active et partie passive) en attendant d’être remplacée par une autre bouée accidentée.

Lien vers l’accueil de la signalisation maritime.