Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Contenu du livrable du
Signalisation maritime

2019 - Journée de mobilisation pour le phare de Cordouan

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 août 2019

A l’initiative de la DIRM, toutes les parties prenantes se sont mobilisées le 18 juillet dernier pour soutenir la candidature du Phare de Cordouan au titre du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Autour de la Préfète de région, Fabienne Buccio, du Président du conseil départemental de la Gironde, Jean-Luc Gleize, et de la Présidente du SMIDDEST, Françoise de Roffignac, également vice-présidente du conseil départemental de la Charente-Maritime, l’ensemble des maires et des parlementaires des deux départements étaient présents.



L’objectif de cette journée, rappelé par le directeur interrégional de la mer, Eric BANEL, était de montrer l’unité et la mobilisation du territoire derrière le dossier de candidature, alors que la mission d’évaluation internationale est attendue en septembre. "Objectif pleinement atteint", a conclu la Préfète de région à on retour à Port-Médoc, au Verdon.




« Phare des rois, roi des phares », le phare de Cordouan éclaire depuis 1611 l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Plus vieux phare de France encore en activité, il continue à assurer sa mission historique de signalisation maritime, mission dévolue à la direction interrégionale de la mer Sud-Atlantique et à son service du Verdon. Indispensable, il est le garant de la sécurité des approches du Grand port maritime de Bordeaux, des ports du Médoc et de Charente maritime. Pour les marins, il est toujours un repère remarquable qui guide les navires à l’entrée de l’estuaire, au milieu des bancs de sable, dans des conditions de navigation difficiles et dangereuses.

Classé au titre des Monuments Historiques dès 1862, en même temps que Notre dame de Paris, il a été conçu à la gloire des rois de France. Il est aujourd’hui considéré comme une merveille d’architecture et un symbole de l’innovation technologique. Augustin Fresnel en 1823 y a en effet testé sa lentille à échelon, technologie qui a révolutionné l’éclairage des côtes du monde.

C’est d’ailleurs à ce double titre que la France porte aujourd’hui la candidature de Cordouan à l’inscription au titre du patrimoine mondial de l’UNESCO : chef d’œuvre du génie créateur humain et symbole des grandes phases de l’histoire des phares dans le monde.